Le Dolmen

 

 Dolmen du POUGET (ou de GALLARDET)

      C’est un des plus grands et des plus beaux monuments de la région. Connu de longue date, il a été l’objet  dans les années 70 d’une fouille et d’une restauration complètes. 

     Il s’agit d’un monument d’une douzaine de mètres de long inscrit dans un tumulus de 20 à 25 m de diamètre, et qui est composé d’un couloir, d’une antichambre et d’une chambre. Le passage du couloir à l’antichambre se fait entre deux dalles verticales placées en vis à vis, et la jonction antichambre-chambre est marquée par une superbe dalle porte, échancrée à sa partie inférieure d’une ouverture trapézoïdale aux angles supérieurs arrondis. Cette chambre de grandes dimensions (5,75m x 3,25m) est fermée au nord-est par une dalle de chevet, ses murs latéraux sont construits en petit appareil monté en léger encorbellement, le tout soutenant  3 dalles de couverture. Par endroits était préservé le sol constitué de fines plaquettes calcaires. La couverture du couloir et de l’antichambre n’est pas conservée.

  Ce monument, appartenant au type Bas-Rhodanien, présente quelques particularités :

  • Avant l’édification du monument, une tranchée a été creusée dans le substrat de molasse friable. Cette tranchée s’enfonce progressivement depuis l’entrée du couloir jusqu’à la dalle de chevet où elle atteint environ 1 m de profondeur. Sa largeur va croissant de l’entrée du couloir( 3,5 m) à la chambre(6m). Le monument est donc en partie enterré.
  • Le tumulus est constitué de terre, ce qui n’est pas fréquent dans la région.
  • 4 fragments de stèles ont été trouvées dans ce monument, utilisées dans le parement de l’antichambre pour deux d’entre elles, de la chambre pour la troisième. Deux fragments de la dernière ont été trouvés dans les déblais.
  • Le possible montage « en pile d’assiettes » des murs latéraux du monument, ainsi qu’un encorbellement trop « osé » de la chambre, seraient à l’origine de l’effondrement rapide du monument.
  • En dehors d’une meule et d’un tesson ininterprétable, aucun matériel préhistorique n’a été trouvé dans ce monument, ce qui fait penser aux auteurs de la fouille que la destruction du monument ait pu intervenir avant son utilisation, ou après une vidange complète de la chambre. Cette destruction est au moins antérieure à l’époque gallo-romaine, car des traces de foyers et des céramiques datant de cette période attestent l’utilisation comme habitation de ce monument déjà effondré. Pour toutes ces raisons, il est difficile de préciser la date d’édification du monument qui doit se situer fin 4° début 3° millénaire.
  •  

 

                                                                                                          J.P.CROS / mai 2003

 Bibliographie :

 *Arnal G.B.et N, Arnal J., Lassure C., Pauze B.1986.: ARNAL( G.B.et N), ARNAL( J.), LASSURE( C.), PAUZE( B.). Le Dolmen du Pouget et son contexte archéologique. Mémoire n°IV du Centre de Recherche Archéologique du Haut Languedoc, 1986.

 *Marc 1999 : MARC (B.). Dolmens et menhirs en Languedoc et Roussillon. Les Presses du Languedoc, 1999.

 *Groupe Archéologique Lodévois 1961 : GROUPE ARCHEOLOGIQUE LODEVOIS. Les mégalithes du Lodévois. Extrait de « Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie », Sections Françaises de l’Institut International d’Etudes Ligures, 1961.

 

 

 

       Le Dolmen, pour les plus jeunes.

         Que signifie le mot  « Dolmen » ? C’est un terme populaire qui peut se traduire par « table de pierre », et cela désigne en réalité ce qui reste après destruction de monuments beaucoup plus complexes à l’origine ( leur « squelette » en quelque sorte). Les grosses pierres qui les constituaient étaient noyées sous un tas de pierres (« cairn ») ou de terre (« tumulus »), seul le couloir était ouvert sur l’extérieur et permettait d’accéder à une chambre funéraire pour y déposer les morts. Car les dolmens sont des tombeaux, construits pour y déposer des morts avec souvent des offrandes associées ( vases, objets en silex, colliers,..). Des cérémonies avaient lieu devant les monuments (on a souvent retrouvé en fouillant devant l’entrée des dolmens des traces de feux et des dépôts de vases.).

         Le Dolmen du Pouget est un des plus grands et des plus beaux monuments de la région.

Il mesure une douzaine de mètres de long. Il est inscrit dans un tumulus de 20 à 25 m de diamètre, et il est composé d’un couloir, d’une antichambre et d’une chambre.

Le passage du couloir à l’antichambre qui se fait entre deux dalles verticales placées en vis à vis, et la jonction antichambre-chambre est marquée par une superbe dalle porte.

Les murs latéraux du monument sont construits avec des petites pierres superposées et qui se débordent un peu les unes par rapport aux autres ( cela s’appelle un « encorbellement », ou fausse voute). La couverture en grosses pierres du couloir et de l’antichambre n’est pas conservée.

 Remarquez quelques particularités de ce dolmen :

  • Avant la mise en place des grosses pierres qui constituent le fond de la chambre et les séparations couloir-antichambre et antichambre-chambre, et avant la construction des murs latéraux en petites pierres, une tranchée a été creusée dans le sol. Le monument est donc en partie enterré.
  • Le tumulus ( ce qui recouvrait et cachait tout le monument) est constitué de terre, ce qui n’est pas fréquent dans la région.
  • En dehors d’une meule et d’un tesson ininterprétable, aucun matériel préhistorique n’a été trouvé dans ce dolmen. Pour cette raison, il est difficile de préciser sa date de construction, mais par comparaison avec d’autres monuments du même type, elle doit se situer entre 3500 ans et 2800 ans avant Jésus Christ.

 

 

                                                                                                             

                                                                                                             

 

 

 

 

Album photos  Animaux et plantes  Activités et animations  A vos fourchettes Pour nous trouver  Accueil